Association La Bourguette-autisme
Nos aubergesNos produitsNos prestationsEvénements

Le Pass Réal, un projet novateur de l’association La Bourguette dédié à l’orientation des jeunes autistes arrivant à l’âge adulte.

Le passage à l’âge adulte représente, comme pour tout un chacun, une étape importance de la vie de la personne avec autisme (Seltzer et coll., 2003). Paradoxalement au besoin de continuité et de cohérence dans l’accompagnement, ce passage est souvent synonyme de ruptures avec des passages dans une autre institution, une diminution de l’encadrement, des équipes nouvelles, des retours en famille moins fréquents etc. (Recordon-Gaboriaud, 2012).

Le passage d’une vie en famille, ou au sein d’un établissement pour enfants/adolescents, à une vie en établissement pour adultes représente une marche haute et difficile tant pour l’usager que pour son entourage.

Pour pallier à ces difficultés, il convient de considérer la personne avec autisme dans la spécificité de son fonctionnement et de ses besoins. Le Pass-Réal est un projet novateur qui s’inscrit dans la démarche de continuité que soulèvent les revues scientifiques. Il a pour but de permettre à ces jeunes adultes de bénéficier d’un dispositif d’accompagnement individualisé, d’une évaluation fine et d’une structuration de leur projet professionnel en vue d’une meilleure intégration à l’ESAT   ou d’une réorientation justifiée.

1 - Le projet Pass-Réal 16-25 ans

L’association La Bourguette, depuis sa création en 1973, a pour vocation d’accompagner les personnes présentant un trouble du spectre autistique dans la construction de soi. Dans l’élaboration de leur projet de vie, le travail des professionnels de La Bourguette vise à faire émerger les capacités de chacun à travers un accompagnement spécifique à cette population.

L’ESAT   Le Grand Réal s’adresse à des personnes adultes, avec autisme, ayant la potentialité de travailler et de s’adapter aux règles de vie collective. Il constitue un lieu de travail et de vie mais aussi une possibilité d’intégration sociale favorisant le développement de la personnalité. La prise en charge au Grand Réal a pour but de promouvoir le travail comme pilier de l’accompagnement. Il permet l’ouverture sur autrui, la valorisation de soi, une place dans la société mais aussi un apprentissage de gestes et de savoirs.

Le présent projet s’adresse à de jeunes adultes accueillis à l’ESAT   et permet la création d’une unité spécifique en charge de la transition de ces jeunes vers le projet adulte.

Cette section dédiée aura pour but d’accompagner cinq jeunes avec autisme vers un projet professionnel, et un projet de vie, mais aussi de consolider leurs acquis scolaires. Ce projet novateur permet d’intervenir auprès de ces personnes sur différents registres. En effet, on ne peut que constater constater les difficultés pour ces jeunes qu’engendre un passage dans un établissement de travail.

Le travail d’accompagnement individualisé de la plateforme aura pour mission d’identifier les difficultés et les besoins de ces personnes, en adaptant le travail et le rythme. Il aidera à leur compréhension des exigences de l’atelier, à l’acquisition de techniques de travail et peut-être à la notion même de travail.

L’accompagnement spécifique d’un groupe restreint a pour avantage de pouvoir prendre en charge l’individu dans sa globalité, dans son environnement. Un lien doit également être fait entre le travail effectué sur les ateliers, les activités de regroupement permettant d’étayer les activités de l’ESAT  , la scolarisation mais aussi avec la vie et les décisions personnelles après le temps de travail (habitat, loisirs, gestion économique).

Le projet est prévu pour deux ans et concerne cinq jeunes travailleurs âgés entre 16 et 25 ans.

L’équipe d’accompagnement est composée de :

- 0.2 ETP Psychologue, Pilote du projet - 1 ETP Educateur Spécialisé, avec des connaissances sur les troubles du spectre autistique - 1 ETP Moniteur d’atelier Le projet prévoit l’intervention ponctuelle d’autres professionnels comme un ergothérapeute, un psychomotricien, une orthophoniste etc.

2 - Les activités de travail

Le Pass-Réal 16-25 ans a pour but d’assurer la transition de jeunes adultes et leur inclusion dans le travail. Pour cela, ils bénéficieront d’un renfort et d’un accompagnement spécifique.

Les personnes concernées par cette unité sont réparties dans trois ateliers de l’ESAT  . Deux sont à l’Auberge, deux sont en Agriculture, un est en Ferronnerie :

L’atelier de l’Auberge est un restaurant, ouvert au public, du mardi au dimanche. Au sein de cet atelier, onze travailleurs sont encadrés par quatre moniteurs, tous issus du milieu de la restauration. L’atelier propose également des prestations traiteur.

Les travailleurs sont donc amenés à travailler sur les différents métiers de la restauration : cuisine, service en salle, plonge. Les tâches de travail sont diversifiées et nécessitent une adaptation au lieu, au groupe mais surtout au rythme. En effet, l’accueil du public en restauration nécessite une grande organisation et une cadence de travail soutenue.

L’atelier reste malgré tout adapté aux personnes accueillies mais implique néanmoins que celles-ci puissent s’y adapter. Le travail de cuisine nécessite une bonne dextérité, une capacité de concentration et d’organisation.

Les travailleurs sont accompagnés dans la réalisation de plats allant de la mise en bouche au dessert, de l’épluchage à la cuisson des aliments mais aussi dans le dressage de l’assiette.

L’ensemble des travailleurs de l’atelier n’a pas accès au service, toutefois les deux travailleurs qui bénéficieront du Pass-Réal sont en apprentissage sur cette tâche. Ainsi, ils sont accompagnés sur des repas du midi pour servir les clients. Cette activité permet de travailler la socialisation mais aussi l’organisation et surtout le langage. Enfin, le travail de plonge sur lequel les travailleurs sont affectés à tour de rôle, est un poste moins technique.

L’atelier Auberge organise par le biais de l’Association La Bourguette l’évènement Le Réal des Saveurs, dont la deuxième édition aura lieu en juin 2016. Cet évènement sur trois jours consiste à proposer aux clients un repas élaboré avec des chefs étoilés à partir des produits de l’ESAT  . Cette prestation permet à l’ensemble des travailleurs de l’atelier de bénéficier du savoir-faire de chefs reconnus dans le métier, de découvrir leurs lieux de travail et de progresser sur de nouvelles techniques.

En dehors de cet évènement, les travailleurs de l’Auberge ont la possibilité de faire des stages à l’extérieur de l’établissement chez des partenaires (ils ont pu par exemple apprendre la fabrication du boudin blanc chez un boucher).

L’atelier Agriculture se divise en deux activités : l’Elevage porcin – les Grandes Cultures d’une part, le Maraîchage d’autre part.

La première équipe est donc en charge du nourrissage des porcs fermiers, de l’entretien des parcs et de l’élevage des animaux. Ce travail nécessite d’apprendre à maîtriser l’appréhension envers l’animal, de pouvoir se mouvoir sur des terrains parfois glissants ou boueux mais aussi de comprendre la notion d’élevage.

Les membres de l’équipe ont également en charge l’ensemble des Grandes Cultures du domaine que sont les vignes, les oliviers et la truffière. Leur travail s’organise donc en fonction des saisons, de la taille à l’entretien des plantations jusqu’au ramassage du raisin et des olives.

Certains ont la capacité de tailler la vigne, travail qui nécessite des notions de calcul, de la concentration, une certaine motricité fine mais également un sens de l’observation.

Pour ceux qui n’ont pas la capacité d’accéder à la taille, le travail de pré-taille, nécessitant également de la dextérité et la concentration leur est plus accessible. Il y a également l’entretien courant de la vigne (effeuillage, ébourgeonnage…). La taille des oliviers est plus complexe mais les travailleurs ont pu bénéficier de démonstrations et d’explications par plusieurs professionnels et sont accompagnés, à tour de rôle, par le moniteur dans l’apprentissage de cette tâche.

La deuxième équipe en charge de l’atelier Maraîchage travaille également en fonction des saisons. Les plantations sont réparties sous serres et en plein champs. Les fruits et légumes produits sont utilisés à l’auberge, mais aussi consommés sur les foyers ou vendus sous forme de paniers paysans.

Le travail nécessite de s’adapter au climat, d’apprendre à planter, à entretenir un jardin, à cueillir les légumes à maturité. Cette activité nécessite certaines capacités physiques et offre également la possibilité d’exécuter des gestes fins et précis.

Les deux équipes d’Agriculture sont en charge du moulin à huile et participent à la fabrication d’huile d’olive sur la période de novembre à décembre.

L’Atelier Ferronnerie était auparavant situé sur le site du foyer d’accueil médicalisé. Depuis peu, l’équipe a intégré des locaux au sein de l’ESAT  . Le travail en Ferronnerie consiste à réaliser des productions pour des particuliers (escaliers, tours de piscine, portails etc.) mais également des œuvres d’art en collaboration avec l’atelier Céramique.

Ce travail complexe comprend de nombreuses tâches qui vont de l’élaboration des plans, au travail du fer, à la réalisation de soudures et d’assemblages, en passant par le ponçage et la peinture. Les travailleurs utilisent plusieurs machines qu’il faut apprendre à maîtriser en sécurité avec l’accompagnement du moniteur d’atelier.

La Ferronnerie est un travail artisanal qui amène au développement de la créativité. Les pièces réalisées avec la Céramique sont exposées dans des musées ou lors d’exposition mais aussi vendues. Ils ont par exemple, réalisé un cadre pour la Gare TGV d’Aix en Provence, exposé au musée de Biot et participent chaque année au Sm’art.

Une évaluation sera effectuée lors de la mise en place de l’unité comportant une observation clinique et un bilan cognitif. Elle aura pour but d’orienter l’accompagnement de ces personnes au sein des ateliers.

L’équipe de la section aura pour mission d’observer et de mettre en place les outils nécessaires à la bonne intégration des jeunes dans leurs ateliers respectifs. Elle orientera l’accompagnement du moniteur et organisera un lien avec l’ensemble des professionnels intervenant à l’ESAT  .

Bien que les résidants soient intégrés dans des équipes de travail, un lien pourra être fait entre les différents ateliers de l’ESAT   pour leur permettre d’avoir une vision d’ensemble de ce qui est proposé dans l’établissement mais aussi pour leur permettre de comprendre le sens du travail qui sera le leur (lien entre la production de légumes et l’auberge par exemple).

Dans le cadre du projet Pass-Réal, l’association La Bourguette souhaite permettre aux travailleurs du groupe de bénéficier de formations professionnelles. Au regard des observations qui seront faites par l’ensemble des intervenants, nous pourrons envisager des partenariats avec des organismes de formations, des intervenants extérieurs, des CFA.

Nous disposons également de partenaires pouvant accueillir les personnes dans le cadre de stages en milieu ordinaire, et ainsi diversifier l’observation et l’évaluation qui seront faites de leur travail.

3 – Les activités de regroupement

Une journée de regroupement par semaine est prévue dans le projet initial de la section 16-25 ans. Cette journée pourra être divisée en deux demi-journées ou élargie à trois demi-journées de façon à s’adapter aux besoins des personnes accueillies.

Les activités de regroupement ont pour but d’apporter un complément à l’accompagnement spécifique des jeunes adultes. Ces activités renforceront les acquis scolaires mais permettront aussi d’étayer les observations cliniques effectuées par l’équipe. Les activités proposées seront donc ajustées en fonction des travailleurs de la section et individualisées au maximum.

Elles concerneront :
- des activités scolaires d’écriture, de lecture, de calcul mises en lien avec le travail effectué sur les ateliers - des activités sportives en utilisant les moyens techniques ou humains sur le bassin de Pertuis et la mutualisation au sein des établissements de l’Association. - des activités manuelles et cognitives, en lien avec la psychologue, pour travailler notamment les notions de sensorialité, de proprioception mais aussi d’attention, de mémoire etc.

4 - Evaluation

a) Evaluation préalable.

L’évaluation clinique d’adultes avec autisme peut s’avérer plus complexe que chez les enfants du fait de la compensation par les capacités intellectuelles ou les troubles psychiatriques associés (Mural et coll., 2014). Il convient d’effectuer une évaluation qui soit la plus globale possible, afin d’accompagner au mieux la personne. Pour cela, il est nécessaire d’impliquer la famille mais aussi les équipes éducatives qui connaissent bien l’usager.

Il est nécessaire ensuite de confronter les regards des différents professionnels et d’effectuer une observation clinique fine au sein des ateliers. L’évaluation comportera également un bilan, établi par le ou la psychologue, qui sera adapté en fonction des profils de chacun des jeunes adultes accueillis sur la section.

b) Evaluation au cours des deux ans  :

Les travailleurs devront également être évalués au cours des deux ans. Une évaluation quotidienne est prévue à l’aide d’un outil mis en place par l’équipe en charge de la section Pass Réal. Cet outil basé sur un calcul quantitatif relatif à la participation, au comportement, à la relation aux autres etc. permettra la visualisation, par graphiques, de l’évolution de la personne.

Toutefois, afin d’apporter une analyse fine, il s’accompagnera d’une observation clinique qui détaillera les résultats quantitatifs obtenus. L’ensemble de cette évaluation sera utilisé pour la rédaction de synthèses, à raison d’une tous les 3 ou 6 mois, en présence de l’équipe de la section mais aussi de façon ponctuelle de l’équipe des foyers d’hébergements, de la direction et de la famille.

Une fiche de suivi, pour chaque activité proposée, aura pour but de guider les éducateurs dans l’objectif de l’activité, les capacités sollicitées et l’évaluation qui en découle. Les outils d’évaluation créés pour cette plateforme pourraient faire l’objet d’une validation par l’ARS, être publiés et ainsi servir à terme à d’autres établissements.

5- Partenariats

Le Pass-Réal doit également permettre d’élargir le réseau de prestataires et les partenariats de l’association. Ainsi, l’association La Bourguette est notamment ouverte à une collaboration sur ce projet avec l’équipe des Makaras (« unité mobile autisme adultes » du Centre Hospitalier Valvert à Marseille) ainsi qu’avec le CRA (Centre Ressouces Autisme) PACA.

Ces partenariats devraient permettre d’étayer la réorientation, si au terme des deux ans, l’une des personnes admises au Pass-Réal ne semblait pas pouvoir intégrer l’ESAT  . Le suivi du Pass Réal sera effectué en lien avec l’ARS.

6- Recherche

L’association La Bourguette est favorable à ce que des recherches puissent être menées, dans le cadre de ce projet, en lien avec un laboratoire scientifique. En effet, l’étude de cas cliniques présente de nombreux intérêts scientifiques notamment dans le domaine de l’autisme.

L’hétérogénéité des profils rencontrés rend, en effet, difficile l’élaboration d’un matériel commun d’expérimentation. En revanche, l’étude de cas permet une analyse fine et la mise en commun ultérieure des différentes études favorise les avancées dans la compréhension de ces troubles.

7- Perspectives du projet

L’association La Bourguette espère que ce projet novateur, à travers les résultats, les recherches, les partenariats, les éventuelles publications permettra de valoriser et de conforter son savoir-faire et son expérience dans l’accompagnement des personnes avec autisme. A terme la pérennité d’un tel dispositif offrirait la possibilité de le développer sur d’autres structures de l’association comme les FAM   mais aussi de servir de modèle à d’autres établissements similaires.

8 – Bibliographie

- Haute Autorité de Santé (2011). Recommandations de bonne pratique. Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l’adulte. Saint-Denis, La Plaine.

- Haute Autorité de Santé (2012). Autisme et autres troubles envahissants du développement : interventions éducatives et thérapeutiques coordonnées chez l’enfant et l’adolescent. Saint-Denis, La Plaine.

- Hochmann, J. (2009). Histoire de l’autisme. Odile Jacob.

- Murad, A., Fritsch, A., Bizet, E. et Schaal, C. L’autisme à l’âge adulte : aspects cliniques. Développement professionnel continu. Annales Médico-Psychologiques 172 (2014), 577-586.

- Murad, A., Fritsch, A., Bizet, E. et Schaal, C. L’autisme à l’âge adulte : bilan diagnostiques et aspects thérapeutiques. Développement professionnel continu. Annales Médico-Psychologiques 172 (2014), 587-594.

- Recordon-Gaboriaud, S. L’évaluation clinique des adultes avec autisme et déficience intellectuelle associée : une nécessité en faveur d’un accompagnement personnalisé. Annales Médico-Psychologiques 170 (2012), 485-490.

- Seltzer M, Krauss MW, Shattuck PT, Orsmond G, Swe A, Lord C. The symptoms of autism spectrum disorders in adolescent and adulthood. J A


5 novembre 2016
Partagez cette page sur les réseaux sociaux :
Aidez l'association La Bourguette
© 2010-2017. Association La Bourguette-autisme.
Conception : www.onabeaudire.fr