Association La Bourguette-autisme
Nos aubergesNos produitsNos prestationsEvénements

Les pêches au sirop

par Georges Soleilhet

LES VENDREDIS MIDI DE LA BRÊCHE

Nous avions organisé un repas tous les vendredis midi à la maison de la Brêche, à la Tour d’Aigues, avec des invités que nous avions le plaisir de recevoir. Ceux-ci n’étaient ni des professionnels ni des parents, mais plus simplement des amis ou des personnes, souvent des artistes, qui manifestaient de la sympathie pour les jeunes de la maison et également un grand intérêt pour le projet qui les accueillait. Cela se passait alors que les deux maisons de la ferme de la Bourguette s’étaient ajoutées à la maison de Cucuron et celle-ci.

Cela donnait l’occasion chaque fois aux jeunes de manifester leur souffrance et leurs questions essentielles en prenant tout le monde à témoin : l’un avait menacé l’une d’entre nous avec une violence inouïe (avec une gamelle de plomb en fusion !) comme s’il nous avertissait« ne me mettez pas en danger, voyez comme ma force est terrifiante ! », un autre raconta un rêve récurrent – il est dans un tunnel dont il voit enfin le bout lumineux mais il voit aussi qu’il ne pourra jamais le passer tant il est étroit ! et il restera enfermé toute sa vie ! …un de ses camarades lui rétorque : « oh ! je l’ai fait souvent moi aussi … et un jour je me suis décidé ! je me suis approché et je l’ai étiré ! et je suis sorti ! on a toujours trop peur, crois-moi ! »

Le repas allait commencer quand D. s’excita à la vue dans la cuisine d’une boite de pêches au sirop qui accompagnerait le dessert. Nous l’encourageons à attendre tranquillement ( !) la fin du repas, mais il nous montre qu’il ne peut pas, et nous de lui dire qu’il y arrivera bien et que ça ne vaut pas la peine qu’il s’empêche de manger jusque là ! Et soudain le voilà qui se calme, se met à manger et se lève, avec beaucoup de contentement, va à la cuisine … Et non, il n’a pas pris la boite, il reprend sa place, il se délecte des yeux en tenant devant lui l’étiquette représentant les fameuses pêches qu’il a ôté de la boite.

Un des jours suivants, alors qu’il est dans la maison de la Bourguette, il amène chacun de nous à voir sur un des murs où le papier peint est un peu déchiré que le morceau de papier coloré qu’il tient et agite depuis des mois dans sa main correspond exactement à ce manque. Sa joie est incommensurable. (soleilhet@orange.fr)


11 octobre 2012
Partagez cette page sur les réseaux sociaux :
J'aide les rameurs du DEFI 2017 à remplir leur mission solidaire :
J'achète des coups de rame !
Aidez l'association La Bourguette
© 2010-2017. Association La Bourguette-autisme.
Conception : www.onabeaudire.fr